Mission Cuisine #1 : le Plan de travail

Cette semaine là, les artisans étaient venus pour assurer le travail d’experts (électricité, gaz, eau, carrelage). On a bien essayé de venir bosser en parallèle… mais 40m2 pour toute cette foule : ça ne fonctionnait pas.

Du coup on s’est contentés de passer un petit peu sur le chantier pour voir si tout allait bien et on a essayé d’avancer sur le reste. Au programme, achat de la cuisine et du placoplatre. Que des trucs fun à transporter ! Yay !

Direction Ikea Velizy après un charmant pique-nique sur le chantier (ça sentait fort le gaz… mais j’avais des chaussures ouvertes, il faisait beau alors j’étais contente).

On avait choisi ce magasin en particulier parce qu’il ne fait QUE cuisine et salle de bain. J’espérais donc éviter la légendaire attente au pôle cuisine. Raté ! Attente de 90 min !

Bon c’était pas si pire, et puis là bas il y a des canapés et surtout de la 3G. Attente grand luxe !

Finalement, on a enfin eu accès à une conseillère et à un ordinateur. La pauvre, elle devait s’occuper en parallèle de deux autres clients. Pas grave, ça m’a donné le temps de rentrer mes coordonnées ikea, de retrouver mon plan de cuisine, d’aider la cliente à coté de moi qui avait l’air perdue. Moi, j’étais confiante, j’étais prête, j’étais au point, j’avais galéré de longues heures sur ce putain de logiciel qui bug tout le temps, j’avais pensé chaque détail de ma cuisine, ça allait prendre 5 minutes, il n’y avait plus qu’à valider.

J’avais choisi un superbe évier DOMSJÖ 1 bac, parce que c’est le plus beau (oui bon, après le DOMSJÖ 2 bacs, mais il rentrait pas dans ma mini cuisine). Je voulais celui-là parce que je trouvais que c’était celui qui avait le plus de cachet. Logiquement, je voulais aussi le plan de travail qui à mon sens avait le plus de cachet, le HAMMARP bouleau « massif », fait que avec du vrai bois (et un peu de colle).

La madame arrive et passe mon plan en revue. Tout semblait parfait ! Sauf que non, évidemment…

Le logiciel avait commis une erreur en me permettant d’associer un joli plan de travail en bois à un bel évier en céramique. Dans la vraie vie, apparemment, c’est soit l’un soit l’autre.

Pour avoir un DOMSJÖ, tu dois poser un plan de travail de 3,8 cm d’épaisseur. Et le plan de travail en bois massif HAMMARP n’existe qu’en 2,8.

Désespoir…

Elle me dit qu’avec le KARLBY ça serait presque pareil. Il mesure bien 3,8, il a une couche de vrai bois collé sur du panneau de particules. Je suis dubitative, mais ok.

On valide le devis et on l’imprime.

On retourne quand même au rayon plan de travail pour vérifier et jeter un coup d’oeil au KARLBY. Et oui bon voilà, tu t’en doutes… Mais le vrai bois et le faux bois, c’est PAS du tout pareil…

Je voulais la teinte bouleau du HAMMARP, et en version KARLBY, le bouleau est vraiment bof bof. En chêne à la limite je me dis pourquoi pas. Mais est-ce que j’ai envie d’avoir une cuisine « à la limite pourquoi pas » !?

Non moi je voulais une cuisine magique, une cuisine parfaite !

Et je me rends compte qu’en vrai je le déteste ce KARLBY de particules, qu’il soit en chêne, en bouleau ou en hêtre ! Dans ces conditions, impossible de passer à la caisse, alors on erre dans le magasin un peu tristes et indécis. Monsieur propose de passer au « rayon bonnes trouvailles », pourquoi pas.

Et là, c’est le Graal ! Je vois un plan de travail qui me plait. Je le trouve bien épais… On le mesure et youpi c’est bien du 3,8. C’est une fin de série, le AKERBY ! Ok c’est pas du massif, mais il est franchement joli ! Wow, il est à moitié prix, on se dit qu’on pourrait faire des économies ! Oui mais non… parce qu’on était venus en autolib. Et avec la livraison ça allait sûrement nous revenir trop cher. Fatigués, on se dit qu’on laisse tomber, on se dirige vers la sortie broucouilles.

Au dernier moment, Renaud passe au point renseignement pour vérifier le tarif de location de véhicule. On nous parle d’une station Hertz 24/7 sur le parking du magasin avec des camionnettes à louer pour 9 euros la demi-heure. Le calcul a été vite fait.

En deux secondes on a fait demi-tour, attrapé un chariot, posé les deux plaques d’AKERBY dessus, couru à la caisse puis au point Hertz.

Et nous voilà, filant vers notre chantier, sans cuisine, mais avec le plan de travail qui arrive avec 3 semaines d’avance.

On met les warning, on se fait mal aux doigts, au dos, on se fait klaxonner par une dame « charmante », on décharge.

On remonte à toute vitesse, on refait le code (oui il faut un code pour démarrer), on retourne à Ikea et boom 58 min chrono de location, 18euros tout pile. Wouhou ! 50euros de gagnés sur le budget ! (rigole pas 50 E par-ci, par là c’est le bout du monde).

On se fait un check et on rentre déshydratés mais heureux.

Bonus Impression du lendemain matin :

Je me suis réveillée brutalement en disant : « on a fait une grosse connerie » – « Pourquoi j’ai pas juste changé d’évier » – « Je voulais vraiment du massif » – « Est-ce que ma vie est foutue? »

Nous n’aurions la réponse que 3 semaines plus tard…

6 réflexions au sujet de « Mission Cuisine #1 : le Plan de travail »

  1. Coucou…. je suis là aussi….
    tout va rouler comme sur un billard…. faut juste attendre un ti peu…..c’est tout
    Bisous

    • Ca y est la suite est ENFIN publiée ! C’est drôle comme certains articles sont durs à pondre… Celui là en particulier. T’as envie de raconter et en même temps c’est difficile de se replonger dans le chaos, alors que tu viens juste d’en sortir ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *